Accueil Actions/Mobilisation Lycée Eiffel en gréve

Lycée Eiffel en gréve

0
0
89

 Les professeurs du lycée professionnel Gustave-Eiffel étaient presque tous en grève hier. Les professeurs du lycée professionnel Gustave-Eiffel étaient presque tous en grève hier.

Voix du nord du 16février|

Gros malaise chez les enseignants en général. Chez les professeurs des lycées professionnels en particulier. Hier, ceux des deux « LP » publics d’Armentières, Gustave-Eiffel et Île-de-Flandre, étaient quasiment tous en grève. Car, si on a beaucoup parlé du « report » de la réforme des lycées qu’a consenti Xavier Darcos au bout de plusieurs semaines de manifestations lycéennes, en décembre,

 

on a un peu oublié que celle qui vise plus particulièrement les lycées professionnels est, elle, toujours maintenue.

OAS_AD(‘Position1′);Lycée Eiffel en gréve dans Actions/Mobilisation

Cinq ou six postes, sur 21, supprimés à la rentrée de septembre 2009 au lycée professionnel Gustave-Eiffel ; trois au lycée Île-de-Flandre : voilà ce qui a été annoncé aux équipes enseignantes des deux établissements. Alors, hier, toute la journée, presque tous les profs des deux lycées étaient en grève.

Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue au lycée Gustave-Eiffel, à laquelle participaient également des professeurs d’Île-de-Flandre, Patrick Sydlowski, de la CGT, a expliqué les raisons de la colère des enseignants. Pour bien comprendre, il faut savoir qu’actuellement, les élèves de lycées professionnels, qui sortent pour la plupart d’une classe de troisième, préparent leur futur métier en deux temps : d’abord deux années de BEP puis, pour une grande majorité d’entre eux, deux années de bac pro. Le projet du ministre est de ramener ces quatre années à trois. « Ce réaménagement complet des programmes et des grilles horaires diminue le temps d’enseignement d’environ 35 % », précise M. Sydlowski. Bien sûr, du côté du ministère, on fait remarquer que, dans certaines classes, comme chez les « fondeurs » de Gustave-Eiffel, il n’y a que 12 élèves. Mais on peut aussi comprendre que, pour ces jeunes qui trouvent souvent dans l’enseignement professionnnel un nouvel élan, ces effectifs légers augmentent leurs chances de réussite. «  L’idée, c’est de faire des sections de 30 élèves », craignent les professeurs et donc de réduire le nombre de professeurs. Concrètement, cela se traduirait au lycée Gustave-Eiffel par la suppression de six postes : un d’éducation physique et sportive, un de lettres-histoire, un de maths-sciences, un de lettres-anglais, un de maintenance industrielle et un de fonderie. À Île-de-Flandre, ajoute Alain Blondel, cela se concrétiserait par la suppression de trois postes et par la suppression pure et simple de la filière « Hygiène, propreté et environnement ». Françoise, professeur de lettres-histoire à Gustave-Eiffel, estime que cette réforme est « brutale et violente » parce qu’elle a été faite sans concertation et qu’elle met en péril à la fois les professeurs et leurs élèves. Pour Patrick Sydlowski, le jugement est plus tranchant : « Le projet du gouvernement, c’est de préparer la main d’oeuvre non qualifiée dont on a de plus en plus besoin  ». • B. T.

  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres articles liés
  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres écrits par toulouse2008
Charger d'autres écrits dans Actions/Mobilisation

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L ‘Appel de Bobigny

Quelle place et quels moyens veut-on donner à l’éducation dans notre pays et en Europe ? Q…