Accueil Actualités A quand la fin de l’indécence M.Chatel ?

A quand la fin de l’indécence M.Chatel ?

0
0
33

Dans un peu moins de 2 ans, nous « fêterons » 10 ans de gouvernement de droite qui dans de nombreux domaines auront laissé leur marque sous 2 présidents pourtant bien différents. Ce temps long, cher à fernand Braudel, nous permet, dés aujourd’hui, d’avoir ce recul suffisant pour qualifier la politique d’éducation qu’ont porté les différents gouvernements depuis 2002.
Il serait fastidieux de répertorier toutes les réformes qui ont été entreprises, ne serait ce que depuis 2007, date où la frénésie s’est encore accélérée, chaque ministre souhaitant laisser son empreinte sur le ministère de l’éducation nationale.
De fait, chacun retiendra que l’ambition du service public d’éducation s’est étiolée, au nom des économies budgétaires, qui, années après années, ont réduit la voilure des dépenses prenant des formes très concrètes au cœur des établissements.
Ces critiques récurrentes d’une politique éducative de droite censée lutter contre la gabegie du mammouth ont été comme toujours alimentées par les partis d’opposition et les syndicats dénonçant avec vigueur les choix dogmatiques, notamment sur les suppressions de postes de fonctionnaires.
8 ans plus tard, après la loi Fillon et le socle commun permettant « à chacun de sortir avec quelques armes pour s’adapter à la société », après les tentatives de réformer le lycée dont nous aurons les premiers effets à la rentrée, après l’aménagement du temps scolaire à l’école remis en question aujourd’hui, après les coupes budgétaires annuelles, après le passage à l’autonomie pour les universités …le service public d’éducation est fragilisé.
Evidemment la droite n’a pas choisi en conscience d’attaquer l’école frontalement  mais a souhaité (la mise en place du service minimum  et la suspension des allocations familiales en sont 2 exemples) la faire évoluer pour l’adapter à notre société ou chacun doit s’intégrer par la réussite sociale et professionnelle. Le discours de Mont de Marsan de Nicolas Sarkozy, en pleine campagne présidentielle, fixait, en ce sens, le cap et la vision d’un projet plus libéral, aujourd’hui en partie activé.
Les questions liées à l’emploi et au budget du ministère sont très importantes puisqu’elles conditionnent, pour partie, les conditions de la réussite individuelle et collective des élèves même si la part pécuniaire des collectivités, des familles et des CAF tendent à augmenter de manière notable.
Pourtant malgré toutes ces réformes et leurs effets négatifs, le plus grave échec de la droite et des gouvernements des ères Chirac et Sarkozy reste celle de l’échec scolaire et de la désintégration sociale de milliers de jeunes qui, années après années, échappent à la réussite à l’école.
Plus de 180 000 élèves tous cursus confondus sont concernés tous les ans et rien a priori n’y dérogera pour la prochaine rentrée scolaire. Nous continuerons à entretenir ce grand écart permettant à la 5éme puissance économique du monde de fabriquer à tour de bras de l’exclusion, reproduisant les inégalités scolaires en inégalités sociales et économiques. Les « exclus de l’intérieur » continueront leur chemin, loin de l’autoroute de la réussite…
En ce début de siècle, personne  ne peut prétendre mener une politique de rupture sur ce thème alors que les moyens pourtant ne manquent pas pour réduire le fossé des inégalités.
Les formes les plus récentes de remédiation scolaire, la mise en place et le développement des Contrats éducatifs locaux, le succès des dispositifs de réussite éducative (initiées par la droite mais remis en question au grand dam de Mme Amara) sont quelques réponses parmi d’autres à construire notamment la nécessaire prise en compte de l’individu.
Les acteurs locaux, les maires et Présidents de Conseils Généraux  sont prêts à s’engager pour initier en lien avec l’éducation nationale cette politique éducative locale centrant les efforts humains et financiers vers les territoires qui en ont le plus besoin.
L’argument de la droite renvoyant à la responsabilité individuelle est évidemment fallacieux confondant responsabilité et culpabilité.
A l’heure où les débats se focalisent sur d’autres thèmes, l’économie, la sécurité….rompons avec ce silence coupable et exigeons en tant que citoyens ou acteurs engagés la fin de l’indécence M.Chatel , de nombreux élus locaux sont prêts à s’engager.

  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres articles liés
  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres écrits par toulouse2008
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
  • De Macron à Saint Just

    Il y a un an, une grande majorité de français votait contre Marine le Pen et Emmanuel macr…
  • Nous opposer à Macron et être clairs

      À quoi a servi le Parti socialiste pendant le quinquennat? « Le Parti propose, le P…
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Premier atelier citoyen constructif à Grande Synthe

Le Président du conseil général, Patrick Kanner, a lancé Mercredi 25 janvier au collège, s…