Accueil Actualités 100 jours d’actions pour l’école

100 jours d’actions pour l’école

0
0
51

100 JOURS D'ACTIONS POUR L'ECOLE! refondonslecole_220017-300x158L’école est redevenue prioritaire.

Après 5 ans années massives de suppressions de moyens, de réduction de moyens et de réformes contestables (semaine de 4 jours, suppression de la formation des enseignants…), l’état de santé du service public d’éducation reste inquiétant. Il était urgent d’agir !

Le gouvernement précédent qui avait préparé la rentrée 2012 en supprimant 14 000 postes (et plus de 80 000 sur le mandat) a perdu la bataille de l’opinion, notamment sur la question éducative.

 Redevenue prioritaire dans les discours, l’école avait besoin aussi de signaux concrets pour réussir non seulement la rentrée qui se profile mais aussi pour lui redonner un cap autour de la réussite éducative.

Les premières mesures du gouvernement et du ministre de l’éducation Vincent Peillon sont loin d’être anodines conjuguant à la fois des décisions conjoncturelles, le rétablissement partiel de moyens, et le début de la refondation de l’école avec la concertation entamée depuis juillet pour préparation de la loi d’orientation de l’automne.

Ainsi donc pour permettre de faire face à l’urgence et d’initier le changement à l’école, des mesures fortes ont déjà été annoncées par le ministre de l’éducation nationale :

  • Le recrutement de 1 000 professeurs des écoles supplémentaires dans l’enseignement public, par le recours à la liste complémentaire des concours.
  • La hausse de 25% (70 euros supplémentaires en moyenne) de l’allocation de rentrée scolaire pour aider les familles les plus en difficulté, en collaboration avec le ministère des affaires sociales et de la santé.
  • Des mesures pour faciliter l’entrée dans le métier des jeunes professeurs dans l’attente de la mise sur pied des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation.
  • Le recrutement de 500 assistants chargés de la prévention et de la sécurité afin d’augmenter le nombre d’adultes présents dans les établissements scolaires qui en ont besoin.
  • Le recrutement de 75 conseillers principaux d’éducation, par le recours à la liste complémentaire aux concours de la session 2012.
  • Le recrutement de 280 professeurs supplémentaires pour le second degré
  • le recrutement d’auxiliaires de vie scolaire individualisés (AVSi) supplémentaires pour tenir compte de la hausse du nombre d’enfants en situation de handicap dans les établissements scolaires.
  • Le recrutement d’assistants d’éducation supplémentaires afin d’assurer l’encadrement des élèves dans les collèges et lycées.

Enfin le gouvernement a décidé de proposer des contrats d’avenir* aux étudiants comme l’a déclaré Vincent Peillon hier : « Conformément aux engagements de campagne de François Hollande, après arbitrage du Premier ministre, dès le début de l’année 2013, nous allons permettre à six milliers d’étudiants méritants, mais qui rencontrent des difficultés financières, de poursuivre leurs études pendant trois ans pour devenir professeur. Ainsi, à l’horizon 2015, 18 000 étudiants pourront bénéficier de ce dispositif. C’est la promesse républicaine qui est à nouveau tenue. »

Dans le même temps, le ministre de l’éducation a initié depuis sa prise de fonction une large concertation avec de nombreux acteurs éducatifs autour de 4 thèmes principaux : la réussite scolaire, la place des élèves, le système éducatif et les métiers de l’enseignement.

 « L’action n’est pas l’agitation. Nous allons agir en profondeur et conduire les grandes réformes de structures que le Président nous a demandées de réussir pour le début du quinquennat. L’école y est prête ».

 

*Les étudiants en deuxième année de licence seront employés pendant trois ans, mais leur travail ne pourra pas excéder un mi-temps. Ils devront s’engager à présenter un concours dans l’enseignement. En cumulant leur rémunération et leur bourse, ils disposeront d’un revenu moyen d’environ 900 euros, précise le projet de loi. Quelque 6.000 contrats de ce type pourraient être proposés l’an prochain, et jusqu’à 18.000 en 2015. Les missions qui leur seront confiées se rapprocheront progressivement du métier d’enseignant. « Au bout de trois ans, les étudiants seront davantage en mesure d’assurer des fonctions pédagogiques, tout en étant accompagnés par un tuteur », est-il précisé. Il n’est donc pas exclu que les emplois d’avenir servent à effectuer des remplacements dans les classes, dans un contexte où les recrutements se tarissent.


  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres articles liés
  • Adresse nouveau blog

    Vous pouvez me retrouver sur un nouveau blog, à l’adresse suivante   https://ww…
  • Quel bilan pour Lomme Educ’?

    L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Nous avons réuni, il y a quelques jours, le c…
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
Charger d'autres écrits par toulouse2008
  • Les banlieues en plan

    Le Président de la république a une nouvelle fois choisit son camp en balayant d’un revers…
  • De Macron à Saint Just

    Il y a un an, une grande majorité de français votait contre Marine le Pen et Emmanuel macr…
  • Nous opposer à Macron et être clairs

      À quoi a servi le Parti socialiste pendant le quinquennat? « Le Parti propose, le P…
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Financer les écoles privées?

La coexistence pacifique entre les deux systèmes d’enseignement a-t-elle vécu ? La questio…