Accueil Non classé COMMUNIQUE DU CEDRE: RENTREE 2014

COMMUNIQUE DU CEDRE: RENTREE 2014

4
0
9

Communiqué du CEDRE

Rentrée 2014

 

rythme scolaire

rythme scolaire

À quelques heures de la rentrée scolaire, le CEDRE espère que celle-ci  sera une réussite pour les élèves et leurs familles.

Cette rentrée, évidemment, est marquée par la généralisation de la réforme des rythmes pour toutes les communes qui accompagneront, encore davantage, nous l’espérons, les élèves sur les temps scolaires et péri-éducatifs.

La mesure, qui a fait polémique, doit aujourd’hui permettre de relever le défi de l’amélioration de la réussite scolaire des élèves.

Partie intégrante de la refondation de l’école, la réforme des rythmes a mis en lumière le poids et le rôle croissant que souhaitent prendre de plus en plus de communes en particulier dans l’élaboration de projets éducatifs de territoire.

Les débats ont ainsi révélé partout la nouvelle part que souhaitent prendre, de manière légitime, les associations et parents d’élèves sur le rôle et le devenir de l’école.

De manière très concrète, les communes doivent, en fonction de leurs moyens et de leur ambition, accompagner durablement l’éducation nationale au sein des écoles alors que les départements et régions investissent déjà depuis de longues années dans nos collèges et lycées.

Au-delà de cette politique éducative locale, le CEDRE sera vigilant sur d’autres enjeux : la redéfinition en cours de l’éducation prioritaire (installation des Collèges REP+) et les questions liées de la formation professionnelle et l’apprentissage pour favoriser l’intégration des jeunes dans la vie active.

Les nouveaux moyens engagés par le Ministère pour cette rentrée scolaire à l’échelle nationale et régionale, notamment dans le primaire (dispositif plus de maîtres que de classes et accès à la scolarisation pour les moins de 3 ans), doivent permettre de retrouver confiance en notre école à travers la mobilisation de toute la communauté éducative.

Nous attendons par ailleurs des Maires et de leurs équipes le meilleur investissement, non pour suppléer l’éducation nationale, mais de travailler en toute intelligence sur des projets partagés dans lesquels l’amélioration de la réussite éducative et scolaire sera prépondérante.

 

Bonne rentrée 2014 !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par toulouse2008
  • Transgression.

    Le mot juste vient d’Edouard Phillipe, lui même. Emmanuel Macron a choisi la transgr…
  • Bien vivre à Lomme

    Ouverte depuis le mois d’octobre, la nouvelle résidence «  les Acacias », située près de l…
  • Des paroles et des actes

    Proximité. Ce n’est pas à Lomme et pour l’équipe municipale qu’un mot à ressortir lors des…
Charger d'autres écrits dans Non classé

4 Commentaires

  1. laurent martinez

    9 septembre, 2014 à 9:59

    Je vous cite : « Cette rentrée, évidemment, est marquée par la généralisation de la réforme des rythmes pour toutes les communes qui accompagneront, encore davantage, nous l’espérons, les élèves sur les temps scolaires et péri-éducatifs. »

    Loupé ! pas chez nous, petite commune rurale (7 hameaux distants de 3 à 10 km du centre ville, pas de centre de loisirs, transports scolaires par un petit bus acheté par l’ancien maire agriculteur, etc..)
    Pour nous, ce sera garderie, pas d’activité car pas de locaux, pas de personnel, etc..) les enfants vont passer plus de temps en collectivité sans avoir plus d’heures de présence devant un enseignant.. aucun intérêt probant pour les enfants !

    Notre commune est obligée, avec cette réforme, de dispatcher les enfants entre plusieurs centres de loisirs de communes voisines, par 2 à 3 rotations de car le Mercredi à 11h45 (pas de cantine chez nous).

    Notre Maire, fort du soutien de tous les parents d’élèves de notre commune avait délibéré contre l’application de la réforme en l’état pour notre école. Malgré tout, pour ne pas perturber la rentrée des enfants, nous avons organisé, tant bien que mal, la rentrée avec ce Mercredi supplémentaire.

    A peine 1 semaine de classe et déjà des problèmes surgissent ! Les enfants qui étaient scolarisés chez nous par dérogation ne peuvent pas aller dans les centres de loisirs car les dérogations ne comptent pas pour les centres et bien d’autres problèmes.. (transports, encadrement des enfants plus que moyens.. etc..)

    OU EST L’INTÉRÊT DES ENFANTS ??????

    Je ne parle pas du coût pour les familles.. si cela valait la peine, ce ne serait pas la question.

    Cette réforme est absurde, de beau penseurs de Paris ont estimé que l’on pouvait appliquer le même système à Neuilly et dans un petit village rural !.

    Une réforme basée sur des postulats fallacieux ! Position de la France dans le classement OCDE ? Les chronobiologistes ? L’idée idiote d’obliger les municipalités à embaucher des emplois précaires pour les sortir de la catégorie A des demandeurs d’emplois ?

    Les résultats aux tests des CE2 ont classé notre petite école parmi les meilleurs du département, même si je pense que ces classements sont stupides, je ne vois pas l’intérêt pour les élèves !

    Je vous cite toujours : « La mesure, qui a fait polémique, doit aujourd’hui permettre de relever le défi de l’amélioration de la réussite scolaire des élèves. »
    Pourquoi et comment !!!???
    la réforme ne change pas les programmes.
    la réforme ne change pas la quantité de temps effectif des élèves devant un enseignant.
    Les élèves sont toujours plus nombreux en classe (chez nous des parents ont inscrits leurs enfants dans le privé qui n’applique pas la réforme, du coup, fermeture de 2 classes et surcharge des autres par création de doubles niveaux…).
    Les enseignants ne sont pas mieux formés (plus d’IUFM, des status précaires, des démissions à la chaine, des niveaux d’admission au concours avec des moyennes les plus basses que l’on ait jamais vu !!)

    Mis à part, matraquer à la radio (j’aimerai en connaitre le coût pour le contribuable) que 5 matinées, c’est mieux …. pour qui ? et pourquoi ?

    je vous cite : « Partie intégrante de la refondation de l’école, la réforme des rythmes a mis en lumière le poids et le rôle croissant que souhaitent prendre de plus en plus de communes en particulier dans l’élaboration de projets éducatifs de territoire. »
    Vous plaisantez !!? Donc le projet c’est de territorialiser l’école !
    Mais dites le clairement ! l’école républicaine publique, c’est fini ! Au moins ce sera clair pour tous ! Et remplacez le verbe « souhaitent » par « se sont vu imposer » vous seriez plus honnête !

    « Les débats ont ainsi révélé partout la nouvelle part que souhaitent prendre, de manière légitime, les associations et parents d’élèves sur le rôle et le devenir de l’école. » A part le fait que la réforme a été imposée (ne parlez pas de débat SVP) oui, cela nous fait réfléchir : une école publique républicaine pour tous ou une école locale et inégalitaire suivant les moyens des régions et communes. Vous avez choisi, on a comprit..

    « De manière très concrète, les communes doivent, en fonction de leurs moyens et de leur ambition, accompagner durablement l’éducation nationale au sein des écoles »
    Sans moyens, pas d’ambition ! Vous êtes irresponsables !

    « Les nouveaux moyens engagés par le Ministère pour cette rentrée scolaire à l’échelle nationale et régionale, notamment dans le primaire (dispositif plus de maîtres que de classes et accès à la scolarisation pour les moins de 3 ans), doivent permettre de retrouver confiance en notre école à travers la mobilisation de toute la communauté éducative. »
    Le ministère n’a pas réussi à recruter les enseignants nécessaires à mettre en œuvre le « plus de maîtres que de classes » donc cela ne permettra pas de retrouver quelque confiance que ce soit.. (d’ailleurs d’où sort ce problème de confiance ????)

    « Nous attendons par ailleurs des Maires et de leurs équipes le meilleur investissement, non pour suppléer l’éducation nationale, mais de travailler en toute intelligence sur des projets partagés dans lesquels l’amélioration de la réussite éducative et scolaire sera prépondérante. »
    Et bien c’est loupé ! ce n’est que de la littérature qui n’apporte rien.

    Pendant ce temps :
    QUID des enfants en CLIS (handicapés) pas pris en charges en TAP,NAP?
    QUID des classes qui sont prises d’assaut par les TAP,NAP dans les communes ou il n’y a pas de locaux ?
    QUID de l’égalité des chances entre communes riches/pauvres, urbaines/rurales etc ?
    QUID d’une réelle formation des professeurs des écoles ?
    QUID de la remise en place des RAZED et autres structures pour aider les enfants en difficulté ?
    QUID de la refonte des programmes ?
    QUID de l’allégement des classes ?
    etc…

    Vous avez abordé la refonte de l’école par le mauvais bout… le problème c’est que les dégâts causés seront irréversibles sur une génération d’élèves..

    J’aurai souhaité, plutôt que vos phrases toutes faites et vos idées faciles d’accès, des arguments convaincants qui me démontre l’intérêt des enfants dans tout ce cafouillage..

    Alors, si à Lomme les enfants en ont des bénéfices, tant mieux ! Et pour les autres, ailleurs ? Tant pis ??

    Laurent MARTINEZ.

  2. carpentier

    9 septembre, 2014 à 10:15

    Monsieur,

    les maires qui ont boycotter cette reforme on eux le courage de leurs opinions et ce ne sont pas eux qui refuse le debat mais plutot l etat qui refuse totaliterement les discutions pour rappel le directeur de cabinet de Mme BELKACEM je cite: LE BIEN ETRE DE L ENFANT CE N EST PAS NOTRE PROBLEME alors oui cette reforme est a abroger et tres rapidement avant que des accidents arrivent ce que je ne souhaite pas mais vu deja le nombre d enfant mis en dangers par cette reforme l etat a un moment donner devra repondre de ces acte devant les tribunaux car les maires ne pourront etre tenu responsable de cette dictature

  3. Disy, une maman très en colère

    9 septembre, 2014 à 13:42

    Je suis tout à fait d’accord avec les 2 commentaires précédents.
    Cette réforme est débile et inutile. Mal pensée. Pourquoi ne pas avoir revu les programmes et le nombre d’enfants trop important pour permettre aux professeurs et aux élèves de travailler dans des conditions idéales.
    Comment pouvez-vous soutenir cette réforme en toute tranquillité d’esprit!? Honte à vous!
    Vous faites partie de ceux qui coulent notre pays et méprisent nos enfants.
    Je ferai tout pour que vous n’ayez pas de représentant dans notre groupe scolaire!

  4. toulouse2008

    10 septembre, 2014 à 13:36

    Quelques mots pour répondre partiellement aux commentaires publiés sur le communiqué.
    Je comprends parfaitement M.Martinez les difficultés que vous évoquez notamment pour les communes rurales qui disposent de peu de ressources.
    Pour ma part, j’avais défendu l’idée que le financement devait être fléché sur les communes qui auraient le plus de problèmes, prévisibles, à construire la réforme…même si tout n’est pas une question d’argent mais aussi de structures, de personnels ou de projets à imaginer.
    Beaucoup de communes rurales ou péri urbaines ont du ou pu travailler ensemble ce projet afin de lui assurer une cohérence.
    La question que vous posez sur les programmes est essentielle. Ceux ci seront revus cette année et devront être pris en compte évidemment.
    Pour le reste je vous rappelle que les inégalités entre territoires sont massives ( de 1 à 10) et que personne ne veut territorialiser l’école mais la rapprocher des projets éducatifs de territoires ( ou de peg) dans lesquels les parents ont mots à dire. Est ce néfaste pour cela?? Pour avoir, avec beaucoup d’autres, construits deux peg et deux réformes des rythmes dans des villes, je suis d’un pragmatisme à toute épreuve et entends vos critiques. Vous pouvez si vous le souhaitez me transmettre des informations sur le cas de votre commune.Bien à vous

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lomme’ Educ : une ambition pour les lommois

Le projet éducatif lommois a eu cette année 10 ans.  Il a été imaginé, conçu et pensé au c…