Accueil Actions/Mobilisation Amis « infiltrés », ne soyez pas angéliques

Amis « infiltrés », ne soyez pas angéliques

1
0
17

leon-blum-buste-balcon-francesoir_field_mise_en_avant_principaleLes infiltrés de gauche qui s’apprêtent demain à voter dans le cadre de la primaire de droite sont bien angéliques.

Si l’argument, le seul, retenu par nos amis de Gauche, éliminer le pire des « 7 chevaliers de l’Apocalypse », peut être entendu ( tout sauf sarkozy), tous ceux et toutes celles qui se déplaceront pour voter, voteront d’abord pour un candidat de droite.

Il suffit pour s’en convaincre de lire partiellement les programmes électoraux des différents candidats( e )s pour en être convaincus.

Peu d’ailleurs les oppose sur les questions économiques, quasi tous certains que la purge économique doit être enclenchée par leur prochain début de mandat tant la victoire leur semblent inéluctable.

Entre 300 000 et 600 000 postes de fonctionnaires seraient ainsi supprimés sur les 5 prochaines années, allégées les charges sur les entreprises vampirisées par les impôts et les règlements, supprimé l’odieux l’ISF et vidé totalement de sa substance les 35 heures, simple régulateur pour déclencher ( ou pas) les heures supplémentaires.

Alors oui, cher ( e )s  camarades vous pouvez, si vous le souhaitez, voter lors de la primaire mais vous donnerez alors votre voix à la droite considérant que les positions de Juppé ressemblent à s’y méprendre celle de ses amis et en particulier à celles de Nicolas Sarkozy.

Si évidemment nous ne faisons pas de confusion entre l’un et l’autre, Nicolas Sarkozy, étant totalement et moralement illégitime, Alain Juppé, reste un homme de droite avec des positions de droite assumée.

Prenons le temps, en ce qui concerne la gauche, de préparer au mieux la primaire qui arrive en janvier 2017, en évitant le choc des égos et la course à la candidature.

C’est le rôle du parti socialiste et de ses militants : non pas choisir un homme ou une femme pour régler le problème de l’incarnation mais produire, à partir du bilan du quinquennat, une plateforme politique à proposer aux Français.

Nos débats ; comme à droite, doivent nous permettre de clarifier nos positions et éclairer les enjeux pour nos concitoyens.

Il reste tant à faire pour éviter d’être désabusé et honteux.

C’est ensemble que nous devons relever la tête pour bâtir un nouveau projet politique répondant aux aspirations concrètes de nos concitoyens : comment favoriser l’insertion professionnelle et lutter contre le chômage ? quels moyens et quelles ambitions pour l’éducation et la formation  alors que prospèrent et se développement les inégalités scolaires ? quel socle de solidarité, revenu et logement, devons nous proposer à chaque français pour que chacun puisse vivre dignement alors que prolifère l’exclusion ?

Ce n’est pas un homme providentiel  qui à droite ou à gauche résoudra ces questions et toutes celles que se posent les français.

Les réponses sont aussi dans les mains de chacun d’entre nous : débattons, travaillons et proposons.

Il sera bien temps après de trouver le « meilleur » d’entre nous.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par toulouse2008
Charger d'autres écrits dans Actions/Mobilisation

Un commentaire

  1. pasdémago

    16 novembre, 2016 à 21:27

    La suppression massive du nombre de fonctionnaires préconisée par les candidats (jusqu’à 600 000 pour certains) de la droite n’est pas sérieuse à moins de provoquer une véritable purge de la fonction publique, une explosion du chômage (plus aucun recrutement ou presque pendant 5 ans !!)ainsi qu’un effondrement desdits services publics (pas de remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, recours massif à des contractuels entrainant une baisse sensible de la qualité des services, désorganisation durable de l’Etat….etc).Sous cet angle le programme de certains candidats de la primaire de droite (Fillon, Lemaire en premier lieu) est tout simplement catastrophique.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Consultation recherche et enseignement supérieur3

CONSULTATION SUR LA RECHERCHE ET   L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - Mercredi 1er avril 2009 -  P…