8 mai 2017 0 Commentaire

Faire confiance, plutôt que flatter les peurs

photo 1 Le 8 mai 1945, c’était enfin l’heure de la victoire de la Démocratie et de la Liberté en Europe. Cette victoire du 08 mai a été longue à se dessiner.

Elle a été payée par plus de 50 millions de morts, militaires et civils compris, pris dans l’étau de la guerre et de la folie du génocide sur toute l’Europe.

Nous le rappelions, il y a quelques jours déjà, lors de la cérémonie aux victimes de la déportation.

Le monde découvrait l’horreur des camps de concentration et d’extermination avec ces noms de camps qui résonnent dans notre mémoire : AUSCHWITZ, TREBLINKA, MAIDANEK ou encore SOBIBOR.

La France se découvrait un camp de concentration, le STRUTHOF dans lequel le capitaine S.S accueillait les déportés par cette phrase : «  Ici vous entrez par la porte, ici vous sortirez par la cheminée… »

Cette phrase résume toute la barbarie et la violence des actes commis contre l’Humanité. Elle exige de nous, rassemblés ce jour, le devoir d’Histoire dus aux morts d’hier et à nos enfants d’aujourd’hui.

6 millions de juifs de toutes nationalités furent les victimes, non de la guerre, mais de la folie et du racisme poussés à leur paroxysme !

Il y a 72 ans, le 8 mai 1945, on entendait, un cri, partout en Europe : »PLUS JAMAIS CELA ». Ces mots restent plus que jamais d’actualité !

Aujourd’hui, 72 ans après, en se construisant et en s’unissant, l’Europe est toujours en Paix même si nous sentons chez nous et dans un certain nombre de pays européens monter les germes de la discorde et quelquefois de la haine.

Le résultat de l’élection présidentielle a permis en France, heureusement, à la République et à la Démocratie d’être préservées devant le danger manifeste qui se présentait à nous. J’adresse au Président de la république, Emmanuel Macron, mes félicitations même s’il a fait certainement le « plus facile ».

Il lui faudra trouver demain une majorité alors que nous continuerons évidemment à faire valoir nos idées et nos valeurs, avec Roger Vicot et Catherine Le Gallic, dans notre circonscription.

 Comme citoyen et comme élu, je reste pour l’avenir vigilant ne mésestimant pas les dangers qui nous guettent, la dilution et la fracturation de l’Europe, la montée du nationalisme et de l’extrémisme dans notre pays.

Nous avons pourtant démontré que nous pouvions ici à Lomme avec Roger Vicot le juguler et que, plutôt flatter les peurs, nous pouvions faire confiance et faire valoir notre intelligence collective.  

Aujourd’hui 8 mai 2017 nous devons aussi repenser à ces années écoulées.

La Paix pour la Démocratie et la Liberté est un combat quotidien qui ne peut se terminer au lendemain d’une élection, fut-elle Présidentielle.

Il ne faut jamais l’oublier, y compris lors des joutes oratoires électorales dans lesquelles la violence des mots amènent aussi la violence des actes.

La paix a besoin de citoyens informés, conscients, responsables et déterminés pour faire valoir collectivement nos valeurs quelque soit le statut qui est le notre : citoyen, étrangers ou réfugiés.

Il reste beaucoup à faire en termes d’éducation pour y arriver.

Elle suppose de la tolérance, une volonté d’unité et un désir farouche de solidarité en tous lieux et dans tous les domaines. Et ce n’est pas gagné même si avec de la volonté nous pouvons soulever des montagnes….

Déjà en 2005 nous le disions.

Nous voulions une grande et belle Europe, une Europe généreuse et solidaire, une Europe sociale pour combattre un autre fléau et une autre guerre mettant les pays et les peuples en concurrence : la guerre économique.

Aujourd’hui la guerre a pris d’autres formes. Plus insidieuse et plus sournoise, elle affaiblit les sociétés et monte les peuples les uns contre les autres, les Grecs contre les Allemands, les nationaux contre les étrangers, les ouvriers et salariés contre les chômeurs, les entreprises entre elles, le public contre le privé.

Les témoignages abondent dans toute l’Europe : l’inquiétude monte, le pessimisme se diffuse, la colère n’est pas loin et les extrêmes, comme dans les années 30, en profitent pour fragiliser notre démocratie.

Est-ce à dire que l’Histoire peut se répéter ?

Nous nous y refusons ! Nous refusons que les mêmes causes puissent produire les mêmes effets.

L’économie ne peut en aucun cas être indépendante du politique, dans un vaste marché considéré comme un terrain de jeu.

La guerre économique et financière doit cesser afin de reconsidérer partout un nouveau modèle de développement dans lesquels les peuples doivent être reconsidérés.

Ce n’est plus simplement une obligation mais une évidence sinon à tenter encore une fois le pari insensé du renouvellement de l’Histoire.

 Il est temps de satisfaire les besoins et aspirations de la grande masse de la population et donc des salariés d’Europe : partage des richesses, relance des services publics, éradication de la précarité, lutte implacable contre la pauvreté et les inégalités, transition écologique.

 Je serai, comme beaucoup d’entre vous,à Lomme, un citoyen vigilant et un acteur déterminé de cette nouvelle histoire à écrire.

Ensemble !

 

 

 

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus